Saturday, 7 May 2011

Dupont de Ligonnès et la Meute

A longueur d'année, on peut lire sur la Toile que les internautes se sentent surveillés, fliqués, espionnés, traqués par la police du Web. Ils hurlent, indignés par des lois comme HADOPI, LOPPSI, etc. qu'ils jugent inadmissibles, inconcevables, inacceptables, insupportables, intolérables, irrecevables, et même liberticides - j'exagère un peu étant donné que le lexique de l'internaute est bien plus restreint. Tous appellent à la "résistance", chacun se sent une âme de petit Moulin face au terrible Barbie qui contrôle le Net d'une souris de fer.

"Résistance" est probablement l'une des occurrences les plus rencontrées par les linguistes qui bâtissent et analysent des corpus extraits du flot discursif produit par la bloggosphere française. On le sait, la vaillante communauté blobloggante est très à cheval sur les grands principes éthiques. Le quadrupède humain qui se prononce publiquement en ligne se doit d'être, avant tout, un humaniste fortement éclairé à l'ampoule halogène basse consommation.

Ainsi les blogs débordent de moraline. Le bloblogueur est le véritable héros 2.0. des réseaux. Il ne demande qu'à recevoir avec humilité les plus hautes distinctions qui récompensent, depuis l'aube de la lampe à acétylène, les grands hommes, les justes, les vrais.

Et puis, est survenu un fait-divers que la presse, la radio, la TV, ces grands médias, qui recrutent la crème de la résistance virtuelle, ont donné dernièrement en pâture à leurs lecteurs/auditeurs/spectateurs, et donc aux bloggers, transformant au passage un banal homicide en une histoire absolument extraordinaire : un père de famille, qui a froidement liquidé sa femme et ses rejetons, est en fuite ; la maréchaussée, toujours sur les dents, ne parvient pas à l'alpaguer.

Une chance, pour des milliers d'internautes, qui, en trois clics, vont enfin pouvoir se glisser avec délice dans la peau de la petite balance aux ordres de la Gestapo. C'est drôlement plus excitant que de jouer, à longueur d'année, les irréprochables, les vertueux, les purs, les durs, les sans-la-moindre-tâche, les indignez-vous. Ces internautes ont tous à portée de main le petit missel de Stéphane Hessel. Ils l'ont lu la larme à l'oeil, il y a à peine trois mois, et l'ont largement fait savoir.

L'incroyable nouvelle - les meurtres et la cavale de de Ligonnès - va transformer, en moins d'une semaine, nos valeureux résistants en une meute* affamée de sang. Cette meute, devenue foule, va essayer de faire mieux que HADOPI et LOPPSI réunis, en se lançant, la truffe bien humide, sur les traces que les Dupont de Ligonnès ont laissées sur le Web. C'est la curée ! La masse de lopettes hurle à tue-tête sur le Net : "Sus à Xavier le Crâne rasé !!!"
Ah, les bons citoyens, comme je les aime !

J'espère, maintenant, que Xavier Dupont de Ligonnès ne sera jamais retrouvé par la Police : ça me ferait trop mal au ventre de savoir qu'une de ces putains de balances en ligne, qu'un de ces putains de fouille-merdes puisse jubiler, dans quelques temps, en pensant avoir participé à l'arrestation de de Ligonnès. Cours, Xavier ! Cours !

*cf. Elias Canetti, Masse et puissance, 1960

2 comments:

  1. Dommage de mettre dans le même sac les internautes qui s'indignent des lois comme HADOPI et la LOPPSI, qui oui, sont des atteintes à nos libertés, et ceux qui veulent jouer les apprentis détectives.
    Même au 36è degré, un peu trop de généralisation pour moi.

    ReplyDelete
  2. Tu n'aurais peut-être pas du lire ce billet du haut du 36éme degré, Margaux, car tu as perdu de vue le sens premier de mon propos : je ne remets pas en cause le fait qu'on puisse essayer de lutter contre des lois qui instaurent une surveillance accrue du Net avec répression à la clef. Je dis simplement que je trouve paradoxale que la communauté d'internautes, qui se dit indignée par ces lois, ne réagisse pas lorsque la technologie liée au Web, favorise la chasse à l'homme. Cette traque de de Ligonnès est répugnante, et j'ai l'impression d'être le seul à le dire - ce n'est sûrement pas le cas, mais je n'ai rien pu lire qui aille dans mon sens. Or, si les anti-sécuritaires, qui semblent si nombreux et dont tu fais - je crois - partie, ne réagissent pas face à ce type de phénomène, c'est qu'ils ne sont pas très cohérents dans leur volonté de faire d'Internet un espace de liberté, débarrassé de toute forme d'espionnage et de surveillance policière. Si les anti-LOPPSI ne trouvent rien à redire sachant qu'un bon paquets d'internautes se livrent à des pratiques - chasse à l'homme - qui relèvent plus du fascisme que de la démocratie, c'est qu'il n'ont certainement pas bien compris ce que le concept de liberté exprime vraiment et donc que leur lutte est vaine et ne relève que d'une posture purement formelle. Dans ces conditions, le mot liberté est seulement brandit comme un joli gadget, le widget à la mode qu'il faut afficher dans la sidebar de se son blog, histoire de se donner l'air de prendre à coeur ses responsabilités de bon citoyen démocrate républicain cool festif et laïc. Tu me suis dans ce raisonnement, Margaux?

    ReplyDelete